Un boulanger de Montataire remercie ses clients en baissant le prix de son pain

Cinq centimes de moins sur la baguette et sur les viennoiseries. Nouredine Haffaf a voulu faire un geste pour le pouvoir d’achat de ses clients.

A contre-courant de la plupart des commerces, à la Grange à Pains de Montataire, les prix ont été revus… à la baisse. Depuis une dizaine de jours, la baguette est passée de 85 à 80 centimes. Une baisse également appliquée aux viennoiseries.

« Je n’ai pas fait cela pour développer mon activité ou faire de la publicité pour attirer de nouveaux clients, précise d’emblée Nouredine Haffaf, l’affable patron. C’est une manière de remercier nos clients, qui sont fidèles depuis notre arrivée en 2010. »

Entre 150 et 200 € de manque à gagner par jour

Et le choix de cette baisse bénéficie à tous, quel que soit le nombre de baguettes achetées. « C’est une formule qui nous paraissait plus juste que celle qui consiste à offrir une baguette après en avoir acheté deux ou trois », ajoute Billel, le fils de Nouredine Haffaf, appelé à reprendre le flambeau de la boulangerie familiale dans laquelle travaillent dix salariés.


LP/Hervé Sénamaud

L’initiative a évidemment été très bien accueillie par les habitués de la Grange à Pains. « Je n’en pense que du bien, s’exclame un client repartant avec cinq baguettes dans son sac. J’en prends pour plusieurs jours.

Et 5 centimes d’économisés par baguette, pour nous, petits retraités, c’est toujours bon à prendre. » Surtout sur un produit de première nécessité. « Du pain, tout le monde en mange, donc tout le monde peut profiter de la baisse », estime une assistante maternelle.

Ce geste en faveur du pouvoir d’achat des Montatairiens a un coût pour le boulanger. Entre 150 et 200 € de manque à gagner par jour. Pas le plus important pour Nouredine Haffaf, qui serre la main de tous ceux qui franchissent le seuil de sa boutique et pour qui les contacts humains restent indispensables dans le commerce.

« Avec les clients, on parle de tout, on plaisante. Ils sont là quand ça va bien mais aussi quand ça va moins bien. Certains m’ont dit que même si j’avais augmenté mes prix, ils auraient continué à venir. C’est pour les remercier de cette fidélité que je les ai baissés. »

Share