« Je suis très étonnée », a réagi Jessica Préalpato, estimant qu’il s’agissait là d’un « beau cadeau »

La cheffe pâtissière, qui sert ses desserts dans le restaurant du Plaza Athénée à Paris, défend le concept de « desséralité ».

La Française Jessica Préalpato, auteure d’audacieux et atypiques desserts à base de fruits pratiquement sans sucre ajouté, a été sacrée mardi « meilleure pâtissière du monde » par le classement du World’s 50 Best Restaurants.

Un « beau cadeau »

La cheffe pâtissière de 32 ans du restaurant Plaza Athénée à Paris, trois étoiles Michelin, « qui incarne une pâtisserie audacieuse et singulière », est la première femme à recevoir ce titre, a souligné Hélène Pietrini, directrice du classement qui existe depuis 2002.

Sa consœur Christelle Brua, une autre cheffe pâtissière du restaurant triplement étoilée le Pré Catelan, avait été consacrée l’année dernière meilleure pâtissière de restaurant par l’association Les Grandes tables du monde.

« Je suis très étonnée », a réagi Jessica Préalpato, estimant qu’il s’agissait là d’un « beau cadeau ». « Jamais je n’aurais parié que c’est une pâtisserie qui allait être mise à l’honneur. C’est énorme pour moi », conclut-elle.

Le concept de « desséralité »

Ses desserts s’inscrivent dans le concept de « naturalité » – une cuisine produite au plus près des produits naturels – défendu par Alain Ducasse, devenu pour Jessica Préalpato la « desséralité » – mélange de dessert et naturalité – titre de son livre où elle propose les recettes de 50 desserts créés au Plaza Athénée.

Parmi ses dernières créations, les desserts aux fraises et sapin, à la bière et à la rhubarbe.

.

Share